22 septembre 2009

La legende des sabots de Bethmale

Une bien belle histoire d'Amour, et une belle legende





A la fois une legende et un vieux metier en Ariege


Les Maures envahirent le Midi de la France et surtout les Pyrénées au IXème siècle. Ils occupèrent la vallée de Bethmale sous la conduite de leur chef "Boabdil". Le fils du chef s'éprit de la plus jolie fille du val. Elle s'appelait "Esclarlys", ce qui signifie "teint de lys sur fond de lumière". Esclarlys était déjà fiancée au pâtre chasseur d'isards "Darnert".

Ce dernier s'était retranché dans la montagne avec ses compagnons pour organiser une vengeance.
Darnert déracina deux noyers dont la base formait un angle droit avec les racines. A l'aide d'une hache et d'un couteau, il tailla et creusa une paire de sabots (esclops) ayant la forme d'un croissant de lune avec une longue pointe effilée comme un dard.


Puis un jour, les pâtres, Darnert à leur tête, firent retentir les "hillets" et livrèrent un rude combat d'où ils sortirent vainqueurs. Puis ils défilèrent dans le village. Darnert, chaussant ses sabots à longues pointes, avait accroché le coeur de la bethmaliase infidèle à gauche et celui du Maure à droite.
Depuis ce temps-là, le soir de Noël, le fiancé offre à sa fiancée une paire se sabots à longues pointes, habillés de cuir et richement décorés de pointes dorées dessinant un coeur (sur le dessus du sabot). Il offre aussi une quenouille rouge et un fuseau, le tout fabriqué avec tout son amour -- plus la pointe des sabots est longue, plus l'amour est ardent. En retour, la fiancée lui offre un tricot en laine brodé de velours et une bourse empanachée de rubans, de paillettes ou de jais.




Vous pouvez admirer ces sabots et les costumes traditionnelles des Bethmalais au musée de l'Ariège dans le Palais des Eveques à St-Lizier.








Pascal Jusot dernier sabotier de l'Ariege
http://www.artisan-bois-sabots.fr/page_std.php?lang=fr&rub=3
prochain episode, la guerre des demoiselle ,une drole d'aventure

12 commentaires:

vince a dit…

Cette belle histoire me fait penser à ça :

Quant te costèron (ter)
Les esclòps
Quand èran (ter)
Nuòus ? bis

Cinc sòus costèron (ter)
Les esclòps
Quand èran (ter)
Nuòus. bis

Èran de fraisse (ter)
Les esclòps bis.
Quand èran (ter)
Nuòus bis

Culturellement l'Ariège est bien proche du cantal. je remarque sur des photos que les maisons même se ressemblent.

Pas a pas a dit…

bonjour vinc
oui je pense que nos departements se ressemblent
agriculture, paysages ect
a+

framboise a dit…

Bonjour,
Les légendes du temps passé ont le pouvoir de me faire rëver.
mais les photos de "l'ancien temps" comme celles des montreurs d'ours me passionnent;
Je ne comprend rien au patois de Cantalou!!! d'une région à l'autre cela change.
à bientot

Pas a pas a dit…

bonjour framboise
merci de ta visite
j'ai aimé ton blog, je le mets en lien
a bientot

julie a dit…

Cette histoire là, pour une fois, je la connaissais ! mais pas dans les détails.. maciiii ! Biz !

loula a dit…

c'est une histoire charmante....j'aime écouter des légendes... mais que ces sabots sont beaux...
Tu parles de St Lizier.... Je suis allée à la basilique de St Lizier chanter avec ma chorale il y a quelques années de cela.... je me souviens du cloitre...
bise et bonne soirée

Pas a pas a dit…

bonjour loula
merci de ta visite
oui la basilique de St lizier accueille souvent des chorales
Est tu de notre region?
reviens nous voir rapidement d'autres legendes et histoires de l'ariege t'attendent
a bientot

Pas a pas a dit…

julie
c'est une bien belle histoire, mais triste quand meme comme beaucoup de legendes
biz

Pas a pas a dit…

loula
je n'arrive pas a me connecter a ton blog
laisse moi un lien
amicalement

Cergie a dit…

Ces sabots sont moins bien conçus que des santiags pour donner des coups de pied bien placés...
(Pardon Patrick)
Quelque part je pense aux petits pieds des chinoises qui devaient être si petits qu'elles ne pouvaient marcher, comme ce doit être difficile non de marcher avec ceux-ci ? Il faut souffrir pour être belle.

Pas a pas a dit…

bonjour cergie
merci de ton pasage bientot la suite
la revolte des ariegeois

loula a dit…

mais je ne savais pas que Boabdil était venu dans la région.... merci Patrick pour l'info.... bises