23 octobre 2007

Mes années France ( épisode 11 )

En orthographe, je mangeais mon pain noir, la misère la plus totale, une misère à la Cosette.
Mais bon Dieu ! Pourquoi cette langue est-elle si difficile ? Et si compliquée ? Une forme de complexe de supériorité à la française ? Ah ! Cela vient du grec et du latin, c’est bien ce que je dis, ça ne pourrait pas venir de chez nous !
Pourquoi les sons et les écrits ne se ressemblent-ils pas ? Pourquoi ne pas écrire tout simplement phonétiquement comme l’arabe qui n’est qu’une suite de rythme phonétique, ou même l’espagnol, qui d’ailleurs accueillera en son sein bienfaiteur ma première dictée sans faute, avant même le français. Jamais je n’arriverai à écrire sans avoir la hantise de me demander « où se réfugient donc ces maudites fautes » ? Je les traque ! J’espionne les lignes ! Remue le plus profond des souvenirs de ma mémoire ! Rien que pour débusquer ces maudites fautes, et les pièges tendus à mon ignorance !
Il m’arrivait souvent de regarder le mot coupable en imaginant
« Ce mot là, juste devant moi sur cette feuille, noir, sans vie, avec ce mot qui me nargue en plus! Est-il plus joli avec deux consonnes ou avec une seule ? Je m’éloigne, bascule la tête à droite, à gauche et je choisis. Une seule consonne ! C’est plus esthétique !
Voila mon Larousse, la beauté du mot, son équilibre des lettres mais point trop, j’aime le simple.
Et bien sûr pourquoi faire simple ! Je me trompais souvent.
Ma méthode peu conventionnelle, je m’en accuse, n’était pas infaillible, et ne respectait pas les canons de l’académie française. Ces honnêtes vieillards qui ne sont là que pour embrouiller la langue française, et s’assurer ainsi la perpétuité de leur siège et de leur savoir du savoir. Imaginez un étranger, qui entend : « Verre, vert, vers !!!! ». Comment l’écrit il ?
La langue française n’est pas faite pour nous ignares du peuple. Elle est exclusivement réservée à une élite qui n’existe que grâce à elle.
Jamais cette flétrissure et cette peur stressante des fautes d’orthographe ne quitteront mon esprit.

27 commentaires:

Claude a dit…

Rasssure toi, on est nombreux a avoir eu ( et peut-être à avoir toujours ?...) ce même ennemi !...
Bonne soirée à toi
Claude

S.Abdelmoumène a dit…

Oh que c'est vrai ce que tu dis là, l'orthographe est bien la bête noire à tout le monde. Pour nous autres d'ici c'est pire encore. Nous n'avons pas appris le latin pour dénicher les radicaux, souvent biscornues de la langue de Molière et nous avons à cause de celà beaucoup souffert pour arriver à placer des mots bout à bout plus ou moins adroitement et sans faute aucune.

lynn a dit…

Bonjour ,

Sacré orthographe! Le souci de toute personne.

Patrick, plus je te lis, plus je me dis que tu dois chercher un éditeur.
Ce voyage dans la mémoire ( et par son biais) que tu fais dans le temps est fort intéressant.
D'ailleurs, je ne suis pas la seule à le penser.

Bonne journée
Lynn

Pas à pas se fait notre chemin a dit…

Bonjour Fabrice
Ton commentaire m’encourage et me rassure
Les ennemis de mes amis sont mes ennemis
Amitiés
Patrick

Pas à pas se fait notre chemin a dit…

Bonjour lynn
Tout d’abord je suis très heureux de te retrouver
Je pensais que tu avais abandonné toutes les visites sur les blogs et surtout le mien, ne voyant plus de commentaires
Je vais de temps en temps sur le tien et constate depuis quelques temps que Noah est bien seul
Je vais tenter si j’arrive au bout de mon écriture, rassembler les écrits du blog et voir ce que cela donnerait
Mais depuis hier, je me dis qu’il y a des écrivains beaucoup plus compétents sur ce même sujet
Je viens de terminer le livre de Jannac, « chagrin d’école » une merveille que je recommande, il aborde sa scolarité et sa vie de cancre, puis il est devenu prof de français et écrivain reconnu
Je trouve une similitude avec l’écrivain marocain Choukhri et son roman « le pain nu » à lire aussi
Lui aussi est illettré, il est devenu un prof et écrivain
Ces gens parlent et écrivent si bien la vie de cancre que je me demande quel espace il me reste
Mais on verra plus tard quand j’aurai terminé, je compte bien faire quelque uns parmi les plus fidèles lecteur de ce blog vous faire partager « l’œuvre » dans sa totalité et recueillir vos impressions
Merci de tes futurs commentaires
Amitiés
Patrick

Pas à pas se fait notre chemin a dit…

Bonjour S.Abdelmoumene
Tout d’abord, as-tu des nouvelles de Majid blal et du docteur Mouhib, je vois qu’ils sont absents de commentaire sur ton blog et sur le mien
Je fais référence à cette difficulté des étrangers avec la langue française, le latin le grecque ou je ne sais quoi ne fais que compliquer notre langue
Je n’ai pas eu non plus ces bases latines et donc j’ai eu les même soucis que tous les petits marocains pour écrire cette langue, allant moi-même dans les mêmes écoles qu’eux
Mais à la maison quand même nous parlions français et cela m’aidait bien quand
Je voudrai te rassurer pour ton français, je lis ton blog (que je recommande à tous) et je sais que tu as la graine d’un écrivain
Amitiés
Patrick

Anonyme a dit…

Apprendre à écrire sans faire de fautes d'orthographe c'est un mélange d'attention incessante et de réflexes (petits trucs).
Ne ris pas surtout !
Quand je corrige des copies et que je trouve plusieurs fois le même mot orthographié d'une certaine façon, je finis pas prendre un dico pour me rassurer !
Pas çà !!!
Lhuna/Angélique

lynn a dit…

Re Bonjour,

Patrick> Personnellement, je crois et je pense que chaque écrivain a un style bien "trempé" et bien à lui. Fort heureusement, pour les lecteurs et lectrices que nous sommes qu’existent cette variance et cette multiplicité .Elles nous permettent de mieux savourer la narration, les personnages et les thématiques abordées.
Le regard critique que peut porter une personne est forcément une source de richesse, il draine un plus et fait « converger » les regards.

Ce regard peut, soit, confirmer une thèse, voire une idée que l'on se fait soi même d'une œuvre, comme il peut infirmer une idée que l'on se fait de l'œuvre en question.

A mon avis quelque soit les avis, la pertinence ou l'impertinence d'une œuvre, reste le plus important: Le Plaisir de lire et de faire partager.
Tu t'inscris dans ce volet et donc, je ne peux que te remercier et te féliciter pour le partage.

Lynn
Ps: Pour Noah , je ne l'ai pas laissé seul, mais l'objectif était de tenir compagnie en musique à ceux qui font des escales.

Pas à pas se fait notre chemin a dit…

Bonjour lhuna/angélique
Aie ! Aie ! Tu es prof, je me demande si tu dois lire les prochains articles de mon blog
Comme tous les cancres, je n’ai pas été impressionné par la compétence de certains profs,
Mais surtout je retiens les 3 ou 4 qui m’ont un jour repêchés des profondeurs
En lisant « chagrin d’école » je découvre aussi la solitude de nombreux prof, beaucoup veulent instruire et partager le savoir, mais il semble qu’il y ai beaucoup de découragement
Et aussi comme dans tous les groupes sociaux des bons, des très bon des moins bons, et des très mauvais
J’aimerai tant connaître tes réactions sincères à mes futurs écrits, je commente mes relations conflictuelles avec l’éducation nationale, et les relations fusionnelles avec quelques profs
Je compte sur toi
Patrick

Pas à pas se fait notre chemin a dit…

Bonjour lynn, je dirai re-bonjour
Deux commentaires je suis heureux
Merci pour ton explication que je comprends bien et qui quelque part me rassure moi "l'écrivaillon" de service
Tu seras dans les premières (avec quelques uns, mais pas trop) à lire ce premier recueille si je le termine
J’espère que tu es patiente, je ne me suis fixé aucun délai, j'écris quand l'esprit en a envie
Merci
patrick

Pas à pas se fait notre chemin a dit…

bonjour fabrice
excuse moi le commentaire dedié a claude, etait pou toi
a bientot
et encore mes excuses

Anonyme a dit…

Bonsoir Patrick,
J'ai lu je ne sais plus où, que l'orthographe française a été compliquée volontairement par quelques intellectuels de l'époque de Richelieu. Et cela dans le seul but de rabaisser encore plus la classe populaire , en la maintenant dans l'illetrisme et l'ignorance... Confortant ainsi les enfants de l'aristocratie dans un sentiment de supériorité!...

Heureusement pour nous la "bête noire " du petit garçon ne l'a pas
empêché de devenir un merveilleux conteur doté d'un talent certain.
Merci encore pour ces moments d'évasion derrière mon ordinateur sans avoir à bouger de chez moi...!

( Au fait , excusez moi si j'ai fait des fautes d'orthographe :) )

Josie

lyliane a dit…

En tous cas tu as fait de sacrés progrès!! Et l'histoire est magnifique. Tout le monde fait des fautes, même moi à mon âge! Mais rassure toi, j'avais une imprimerie et je devais déchiffrer les commandes des clients, c'est fou ce que j'ai pu lire! Même des politiciens qui faisaient des fautes grosses comme eux, je n'ai pas pu faire autrement que de leur demander pourquoi, leur réponse: l'on doit écrire si vite qu'on le fait comme on le parle....

Pas à pas se fait notre chemin a dit…

Bonjour josie
Et toujours ces commentaires justes et précis, emprunt de tendresse
Merci de tes remarques, je vais tenter de continuer à te régaler le soir devant ton ordinateur
A bientôt
Patrick

Fabrice a dit…

Episode après épisode, sur le tableau noir du malheur, tu nous dessines le visage du bonheur cher Patrick.
Prévert qui nous regarde tout la haut me pardonnera pour cet emprunt.
Mieux que personne notre ami le poète sait combien chacun de tes fidèles lecteurs a plaisir à venir te lire Patrick.
Tes textes les uns après les autres sont émouvants et poignants de vérité!
Très amicalement à toi

delphinium a dit…

Cher patrick, il y a plein de gens compétents dans le domaine de l'écriture. Mais il faut déjà se demander ce que veut dire le mot "compétent". J'estime que chaque personne a des qualités dans sa narration et qu'il ne faut pas comparer ce que l'on écrit à ce que font les autres. Dans votre histoire, c'est votre coeur qui parle et je crois que c'est cela le plus important, éditeur futur ou pas.
Quant à l'orthographe, je corriqe aussi des copies de temps en temps, il est vrai que je suis assez intransigeante de voir des étudiants d'un certain niveau (universitaire ou haute école) qui écrivent très mal. La langue française doit évoluer il est clair, mais à force d'écrire des textos abrégés, que reste-il?
Bref, ceci dit, je pense que ton niveau de français est tout à fait bon sur ton blog. :-)
A bientôt et bon WE!

Dr Mouhib Mohamed a dit…

bonjour Patrick,c'est avec un grand plaisir que je retouve tes recits captivants apres un conge de qq jours où je me suis deconnecté du telephonne et de l'internet.Par ailleurs C'etait une chance inestimable pour vous que l'instituteur était de votre coté;qt a l'orthographe rassurez vous que nous etions à la meme enseigne. Vous avez quelques données sur les zemmour sur mon blog .Salut

Cergie a dit…

L'orthographe est la science des anes...
Mon père a lutté toute sa vie car il n'avait pas l'orthographe inné. Et qd il était fatigué cela revenait les fôtes grosses comme une maison et pourtant mon père était très cultivé
Les règles d'orthographes sont cependt très simples. Comme cela se prononce ! A condition de ne pas avoir d'accent trop marqué. C'est cela peut-être le hic pour toi. En France tu habitais ds un coin avec un accent chantant.
J'étais en Afrique pour ma part et paradoxalement le français parlé y était très châtié. Nous utilisions le passé simple par exemple et peu de contractions. Lorsque je suis revenue en France, je ne parlais pas assez vite / mes amies !

Et puis comme nous habitions assez loin de la ville,et que nous n'avions pas la télé, mon livre de chevet ds lequel j'étais tjrs fourrée était le petit Larousse


A fortiori lorsqu'on bloggue, écrire rapidement sans faire trop attention aux fautes, en ne se prenant pas trop le chou permet de mettre des commentaires plus long et plus fréquents

Sinon, il y a tjrs la possibilité d'utiliser "word"

Majid Blal a dit…

Bonjour Patrick.
je trouve ce chapitre sublime. Les mots toujours les mots et le gros coeur qui y pompe l'émotion. Dans un livre de Tahar be jalloun qui s'intitule" Les yeux baissés" on y rencontre une petite berbere qui en s,installant en France dans le cadre d,un regroupement familial, commencait l'école tardivement pour son age et pour la première fois. La nuit quand elle dormait les lettres de l'Alphabet l'assaillaient, la pourchassaient et la terrorisaient.
Je vois bien qu,au delà des mots c,est d'une sensibilté qu'il est question et tu la transmets de plus en plus avec art.
Citation" Il ne suffit pas de savoir écrire, faut-il encore que derière chaque mot il y ait une sensibilité" et un sens.
Bravo encore.
Ma longue absence sur les blogs amis est due à un besoin de remiser pour un moment les mots pour regarder les miens.
Amitiés. Majid

Pas à pas se fait notre chemin a dit…

Bonjour delphinium

Je comprends bien ton point de vue sur l’orthographe, il n’empêche de nombreuses personnes se cassent les dents dessus et d’autres en souffrent
Un petite reforme pour en faciliter l’écriture serait la bien venue
Merci de tes commentaires
A bientôt
Patrick

Pas à pas se fait notre chemin a dit…

Bonjour josie
Je ne connaissais pas l’anecdote sur richelieu, mais cela va bien de le sens de mon histoire
Merci de tes remarques toujours aussi sensible et amicales
A bientôt
Patrick

Pas à pas se fait notre chemin a dit…

Bonjour lyliane
D’apprendre que d'autres on été hantes par l'orthographe me rassure et me hante
Que d'énergie gaspillée a bien vouloir écrire sans faute
Je maintiens qu'une reforme est nécessaire et de défigurera pas la culture française
Merci de tes commentaires
Amitiés
Patrick

Pas à pas se fait notre chemin a dit…

Bonjour Fabrice
J’ai lu et relu ton commentaire
J’ai aimé ta reprise de Prévert, je la grade
Tes mots m’ont nourrit et réconfortés a continuer a me confier a toi et a vous
Amitié
Patrick

Pas à pas se fait notre chemin a dit…

Bonjour dr Mouhib
C’est avant tout un immense plaisir de vous retrouver, de plus je l’espère en excellente santé après quelques jours de rupture avec notre monde
Merci de revenir me voir avec tous ces mots merveilleux, que j’accepte volontiers
Je viens d’aller sur votre blog et j’ai pris connaissance de votre réponse sur les « zemmour », vous estes un puit de science et bientôt je ferai appel à vous
Aujourd’hui même je viens de découvrir des documents confidentiels sur l’arrivée de mon père à timexaouine, ainsi que des infos sur les paysannat de boumia, arbalou, rich ;krar souk ect je vous demanderai conseil sûrement
Amities et a bientôt
patrick

Pas à pas se fait notre chemin a dit…

Bonjour
majid blal
Comme pour le dr Mouhib, c’est un immense plaisir que de vous retrouver parmi nous
De plus votre première phrase résonne encore dans me mémoire, surtout venant de vous, l’homme de lettre réputé
Merci de ces mots encourageants et bienfaiteurs
Amitiés
Patrick

Vincent a dit…

mais cmment fot les étrangers pour apprendre une langue aussi difficile!!!
Je tire mon chapeau à tous ces imigrés ou émigrés (on est bien l'un et l'autre à la fois, n'est ce pas?) qui arrivent à se débrouiller aussi vite dans notre langue.

Pas à pas se fait notre chemin a dit…

bonjour vincent
que de plaisir a te rerouver si loin en arriere, serai tu en train de me relire
et oui ce français et son orthographe me hante toujours
amities