04 mai 2007

Retournerai-je à Midelt (épisode 13)


Une fois dehors, je demandais à mon père
« Et Bijou, il est où ? »
« Ton mouton est mort » me répondit-il embarrassé, la tristesse dans les yeux. J’apprenais quelques temps après, qu’il avait plutôt régalé en méchoui quelques personnes de la ferme, mais qui ? Nul ne le saura, des soupçons seulement…………..
Dur de partager la tristesse de la mort de Bijou et la joie de retrouver Midelt, j’avoue humblement avoir vite oublié ce triste épisode tant mon bonheur fut grand. Les mômes sont là, Fatima, Slimane, …………
« M’sieur Patrick, c’est bien que tu es là »
Et bien quel retour ! Le tireur d’élite rangea ses noyaux et sortit un lance pierre de sa cachette, il était là, il m’attendait, lui aussi orphelin de mes doigts agiles.
Demain, demain, c’est certain, j’irai respirer la ferme, et puis on ira chatouiller du moineau.
A aucun moment je n’ai eu une pensée, même furtive, et coupable, pour ce couple de frère et sœur, que j’abandonnais misérablement à Mekhnès. Je ne suis même pas sûr de leur avoir dit au revoir.
Et puis, plus rien, plus aucun souvenir.
Comment ai-je appris que je n’irai pas à l’école, ni à Midelt, ni à Mibladen, ni ailleurs au Maroc, mais en France, sans doute bientôt, mais personne ne sait quand !
Séisme. !
Une école encore plus loin, mon frère Claude y était déjà, à Foix, dans l’Ariège, pour terminer son Bac « mathélem ».
Je ne savais pas ce que cela pouvait bien dire être en « mathélem ». J’aimais ce mot. Mais une chose est certaine, c’était bien et très important. Cela le classait parmi les très intelligents, les supérieurs, ceux qu’on devait admirer, et intellectuellement respecter. Ce que je fis, depuis toujours et encore aujourd’hui. Sinon pourquoi mes parents ne cessaient de répéter à chaque fois que quelqu’un demandait des ses nouvelles :
« Il est en mathélem en France » répondaient-ils inexorablement, fièrement l’orgueil bien dressé. Il valait mieux le dire de suite, on ne sait jamais, si les personnes avaient oublié de leur demander des nouvelles de sa scolarité.
En plus ce mathélem, pour l’avoir, il fallait le passer en deux fois. La 1ère et la seconde partie.
« Il en faut de l’intelligence pour l’avoir le bac mathelem ».
Et rebelote, les fiers parents, ne manquaient pas de rappeler à toutes les personnes qui voulaient bien l’entendre, qu’ils avaient un fils en mathelem, et qu’en plus il avait deux examens à passer, nul doute qu’il les aura lui.
Je suis sûr que si par malheur on demandait des nouvelles de ma scolarité dans ce collège de Meknes, ils devaient répondre
« Si vous saviez ce que ça nous coûte », à part ça il est bien !
On m’avait expliqué qu’il n’y avait que les très bons élèves qui avaient le droit de le tenter ce mathelem, et mon frère en était.
Je me sentais rapidement exclu de cette famille d’élite, et même, je dois le dire, jaloux de ceux qui savaient, et qui ne se battaient pas pour éviter les dernières places, ou la honteuse baguette de Driss.
J’aurais pourtant aimé être le meilleur de la classe. Certes les écoliers me « badaient » pour mon adresse au lance pierre, en gymnastique, à la bagarre, à la course à pied, enfin tout, sauf pour la place de 1er de la classe.
Plus tard sans doute, un peu plus tard, je serai bien premier de quelque chose ou il faut être intelligent.……………

20 commentaires:

jean marc a dit…

C'est bien de découvrir des bribes de vie..
Amitié motard

Jean a dit…

Je viens de lire votre dernier mot et de parcourir rapidement l'ensemble de votre blog .
C'est curieux , il y a deux heures , j'étais à coté de Bram que j'ai aperçu de la 113 .
j'allais à Moussoulens , à coté de Montolieu .
Comme parenté nous partageons également le souvenir du Maroc .
j'y ai travaillé un an , à Al Hoceima , entre Tanger et Melilla .

J'ai lu avec beaucoup deplaisir notre dernier article où l'on sent toute votre sensibilité !
Je dois arreter pour le momement , c'est l'heure de la soupe .
A bientot !

Pas à pas se fait notre chemin a dit…

jean marc
merci de ton passage
oui c'est meme primordial a certains moments

Pas à pas se fait notre chemin a dit…

Bonjour jean
Voisin de l'Aude
Merci pour cet agréable commentaire, je sais que je ferai quelques tours vers votre blog en tant que voisin
Merci pour ce délicat message et si en plus vous connaissez le Maroc, nous sommes encore plus proche
Je ne connais pas al Hoceima, mais vu le lieu ce doit être l'ancien protectorat espagnol
Merci de votre passage
Patrick

Claude a dit…

Récit toujours aussi prenant ! merci pour le bon moment à chaque fois;
Bonnes balades à moto à toi
( pour ma part, j'ai les fesses visées sur la selle depuis un certain temps ...)1000 km par semaine à aller nulle part !
Claude

Pas à pas se fait notre chemin a dit…

bonjour jean
si tu vas nulle part et que ça te plait il faut continuer
merci de tes passages reguliers
la moto surement pour ce we s'uil fait beau
patrick

ltds a dit…

Une année j'ai été première de la classe au classement général j'étais la seule à en être fière et puis ça a éveillé pas de la jalousie mais beaucoup de soupçons...comme le préférentisme de la maîtresse (je l'aimais bien alors voilà...pour qui je m'appliquais...explication toute simple mais incomprise)...comme l'aide de ma mère (qui n'a jamais existé)
Enfin mon CE2 je m'en souviens le mieux...le plaisir de lire...offert par la journée de bibliothèque...et la faveur d'emprunter trois livres au lieu d'un...

Merci de remuer chez moi le plaisir des souvenirs d'enfance...

Pas à pas se fait notre chemin a dit…

bonjour ltds
je faissais le malin ,mais j'aurai bien echangé ma reputation de dur pour celle de bon eleve
mais j'ai toujours su detourner les esprits de mes copains
les bons eleves c'etait les fayots
les (petits) durs les vrais hommes mais je ne le pensais pas
j'avais rate ma scolarite il fallait assumer
merci de ta visite

patrick

ltds a dit…

…mais j’étais dure aussi..j’avais ma bande à moi contre les grands et j’avais le respect(c’est nul mais bon) de courir le plus vite… Enfin ! Mon rêve à cette époque c’était d’être un avion et de voler…alors les bras écartés à toute vitesse j’en ai éborgné plus d’un…mais surtout mes chutes étaient spectaculaires dans leurs blessures…De partout…Je me souviens d’être remontée en classe dans le silence…des cours…du coton dans le nez, les oreilles…en plus des des habituels genoux et coudes…
Ca me plairait d’écrire mon enfance que j’ai commencé un peu de dire grâce à toi…

Takkou a dit…

Tu n'as peut etre pas été un bon eleve (j'insiste sur peut etre), mais je te jure que tu es l'un des meilleurs bloggueurs, ou plutot meilleur conteur, que je lis. Tu as un don que tu ignores surement c'est ta capacité de tenir en haleine ton lecteur et ça mon ami meme les eleves les plus inteligents du monde ne savent pas le faire. Je ne sais pas si tu as entendu parler du "Fdaoui". Ce personnage est tres fameux dans la region de l'Afrique du Nord. C'est un conteur ambulant qui animait les soirees ramadanesques en contant des sagas. Il se distingue par un vaste répertoire de contes et de récits épiques qu'il met en spectacle. Quand je lis tes posts j'ai l'impression que tu as ete tres influencé par ce personnage. (tu me diras si je me trompe)

mahina a dit…

Patrick, j'ai relayé ton appel sur le blog du club. N'etant pas moi-même de Chaumont, je ne peux, personnellement t'aider. J'espère que cet appel aura une suite.
Bisous

Pas à pas se fait notre chemin a dit…

continues d'ecrire ton enfance,j'aimerai le lire
moi c'est grace a ce blog que j'ai tenté l'aventure
au debut on ecrit le "convenable" et peu a peu, le soi
patrick

Pas à pas se fait notre chemin a dit…

takkou
Bonjour takkou

C’est trop et sans fausse modestie
Qu’il est dur de se juger seul devant sa feuille sans le regard des autres
Il y a ceux qui de toute façons te diront que c’est bien
Et puis je dois l’admettre aussi quelques blogeurs qui au fil des spots m’ont donnés le courage de continuer
Si j’écris ce que tu sembles tant aimer c’est parce que j’écris avec le cœur et pas avec la tête
En classe en cours de français c’était simple mes devoirs c’était une note qui variée entre 6 ou 17
6 si le sujet ne m’intéressait pas et que je le traitais avec ma tête
17 si j’entrais dans le sujet et faisait parler mon cœur, en une heure le devoir était fait relu et quasiment pas corrigé
Il m’arrivait pendant les deux heures qui nous étaient attribuées de faire 2 devoirs et de choisir au dernier moment lequel je devais remettre. L’autre je le filais à un copain contre les devoirs de math
Merci de tes agréables remarques,et je suis flatté d’être comparé à des conteurs,ils on eux le talent ,
Non je ne connais pas ton personnage les"fdaoui" qui semble très attachant et je n‘ai pu m’en inspirer ou bien dans une autre vie
Mais mon père savait lui me conter les formidables fables marocaines
Là je viens d’écrire avec le cœur
Connais tu le blog :
http://echomidelt.blogspot.com/
C’est un Mideltis comme moi
Va y faire un tour, je considère qu’avec toi ce sont les deux meilleurs blogs étrangers
(Ah si j’en ai un autre en tête)
patrick

Pas à pas se fait notre chemin a dit…

mahina ,
merci de m'aider
je viens d'aller sur ton blog ,j'y retournerai,
comme toi j'aime la montagne et tes rapaces sont magnifiques
l'année derniere j'ai pu en cotoyer de nombreux en randonnées au pays basques
patrick

Fr@n6 a dit…

Au moins pour écrire tu n'es pas le dernier ^^

Bien @twa

Pas à pas se fait notre chemin a dit…

fr@n6
merci je prends cela comme un compliment
patrick

elgreco a dit…

je n'arrive pas à commenter sur ton blog
Un 3e essai!

Marie Christine a dit…

Bonjour Patrick et vous tous,

Le fil de ta vie continue à suivre son chemin. Vie passée se mélange dans le présent grâce à ta plume. Tu imagines ? Passé et présent pour un futur proche qui te façonne en fait. Soit un homme heureux car tu le mérites bien.

Bien affectueusement,
Et très bonne journée à tous
Marie Christine

Pas à pas se fait notre chemin a dit…

bonjour el greco
et bien voila tu y arrive
merci de tant de perseverance
patrick

Pas à pas se fait notre chemin a dit…

bonjour marie christine
pour une fois je vais m'envoyer des compliments
Un prof de français est une fidele lectrice de ce blog,sa seule remarque
"vous manipulez le present et l'imparfait d'une façon remarquable"
je lui ai dis que comme monsieur JOURDAIN je ne le savais pas et que
"d'amour ses mots plaisir m'ont fait"
je vois que toi aussi tu insiste sur cela ,je ne m'enetais pas apperçu
c'est bien au moins?
merci de ton passage
patrick