09 décembre 2006

L'insouciante jeunesse (épisode 2+3)


Les années scolaires (episodes 3+4)

L'école communale était à environ 5 km de la maison, moi l'enfant des terres arides, je devais me chausser, m'habiller, me peigner, laisser la fronde (ça non elle était planquée dans mon cartable).
Le début de la civilisation ?
40 élèves par classe, pas moins plutôt plus, un véritable souk, mais comme tout dans ce magnifique pays les apparences sont trompeuses, à la cloche nous rejoignons nos classes aussi rapidement que nos frêles gambettes pouvaient nous le permettre.
Fallait pas gouter à la justice de "Driss". Un géant de 4 mêtres! Large comme ça! missionné par le principal pour exécuter ses funestes sentences.
A chaque manquement au règlement, Driss après un regard complice avec le proviseur se dirigeait vers vous, vos frêles cuisses faisaient alors connaissance avec sa baguette en bambou.
La justice féodale fonctionnait jusqu'à la remise des compositions de calcul et de français.
Les 5 derniers, 5 coups de baguettes sur la plante des pieds, Driss devait jubiler, d'un geste presque élégant il vous soulevait, vous retournait, vous saisissait les pieds et hop!, la tête en bas, l'instit saisissait alors sa canne en bambou et bam! vous appreniez à compter très rapidement jusqu'à 5! ,en français et en arabe!
Les 5 autres, 5 tours de manège! Sympa pensez-vous. Surprise! C'était encore Driss qui battait la mesure de cette folle farandolle, la baguette à la main, il vous stimulait les fesses pour tourner plus vite.
Je ne sus jamais à quoi ressemblait les recompenses des 5 premiers de la classe, pas même des 10 premiers, ou encore des 20 premiers. On parlais vaguement de bon points qui donnaient droit ensuite à une image, je n'eus jamais l'honneur de partager la jouissance de ces "têtes d'affiche".
Mais pour des images je ne fus point motiver pour atteindre les sommets de la gloire, il fallait juste éviter Driss et sa baguette magique, elle vous motive plus que les bons points.
L'école du village n'était pas assez bien pour moi, c'etait la dernière invention de ma mère,
"Tu n'as jamais de bonnes notes, nous t'avons choisi Mibladen c'est une bonne école tu verras"
"Mibladen, mais c'est à 20 km !"
"Ce n'est pas un problème les M.... acceptent de te prendre en pension la semaine, me repondit elle, tu verras tu seras bien chez eux, tu pourras emmener ton lance pierre"
Je sentais bien que l'affaire avait éte minutieusement preparée, le lance pîerre , hum cette proposition au lieu de me rassurer me ce qui m'attendais etatit encore pire que ce que j'avais imaginé
Mais il me reste mon sauveur, lui va refuser cet éloignement qui se sert de l'école comme otage. Regard vers mon père, pas de réaction, j'insite, il doit bien voir la panique m'envahir, il va refuser c'est sûr on s'est toujours compris du regard......... La cavalerie battait en retraite.
1er jour à Mibladen, triste village que ce "bled" paumé au milieu de nul part, où personne n'y arrive ni en repart, un triste village minier, sans même des moineaux à chasser.
Fallait se faire virer pour retourner à Midelt, l'école devenait le chantage à mon adolescence, échange bonnes notes contre chasse, billard, pêche, ballades en 4x4 ect ...
Il fallait faire vite. Je compris rapidement que les élèves turbulents étaient écartés de l'école, et en plus ici point de Driss, la justice ce sera moi!
Il suffisait de provoquer une bagarre par jour, et à ce jeu-là, je me défendais.
Il se nommait Daniel, il était le plus fort de l'école, jamais il n'a su qu'il était le malheureux cobaye de ma funeste stratégie, en quelques minutes, après une futile provocation, il se retrouva dos au sol et demandait grâce. Je récoltais ma première punition. Chouette, je démarre fort!
"On ne peut plus le garder Monsieur Maurice, il se bat tous les jours ...............!"
Gagné! Il suffisait d'attendre un peu, je serai à nouveau chez moi à Middelt, je ferai la promesse que je travaillerai bien (quelques semaines) et le tour sera joué.
Mais c'était sans compter sur Vincent. Il arriva en cours d'année, son père mineur venait d'être muté, sa timidité ne dura que le temps d'attendre la récréation, il me provoqua. Le bougre, en quelques secondes, c'est moi qui criait grâce dans le bac à sable!
Ainsi un inconnu venait de prendre le pouvoir, les gosses de l'école lui imploraient sa protection, qu'il acceptait contre quelques gateaux, bonbons, billes, .......et en plus il s'enrichissait! Moi, je terrorisais mais gratuitement! Il devint le héros.
Briseur de rêve!!!!!!!!!!
Ma stratégie venait d'avorter, je décidais la rebellion passive, "n'avoir que des mauvaises notes". Avec çà, je devrais retourner à Midelt, il n'y avait pas d'autres écoles à moins de 200 km.

4 commentaires:

Cergie a dit…

C'est très drole !
Valeureux petit garçon... Tu as tout compris tout d'un coup que parfois les meilleures stratégies se cassent le nez sur un détail, juste un enfant plus fort que toi. C'est ça la vie. Mais pour une fois tu étais dans les premiers: le deuxième plus fort.
La fronde me fait penser à mes frères qui chassaient les lézards en Afrique avec un fusil à plomb et moi ça me faisait pleurer de voir mourir ces petites bêtes.

Et puis c'est drole aussi ce que tu dis des premiers de classe. J'étais une petite fille travailleuse et toujours première. Et bien chez moi on trouvait ça normal. On m'offrait des livres en récompense et j'étais contente. Une fois mon petit frère a été... 26ème ! On lui a acheté un camion transportant des petites voitures !!!!

Je t'avoue que je l'ai tout de même trouvé drôle quoique j'aie été contente aussi pour mon petit frère !

Pas à pas se fait notre chemin a dit…

Bonjour cergie
L’injustice des parents qui offrent un camion a ton petit frère, et toi t'ont ils remarquée ?
Oui les derniers de classes détestent les premiers parce qu’ils les envient simplement

Patrick

midelti06 ou mibladen1943 a dit…

Bonjour Patrick

Alors tu es allé à cette école de Mibladen ! te souviens tu des tes enseignants ?

un site est à visiter : midelt.com ainsi qu'un blog : echomidelt.blogspot.com
A bientot j'espère

Pas à pas se fait notre chemin a dit…

oui je suis allé a mibladen vers 1960 ou 1961 je ne me souviens pas de mon instit si ce n'est qu'il etait blond avec une petite moustache et que c'etait une directrice qui dirigeait
et toi as tu des souvenirs
je me souviens de Patrick almy un ami de mibladen
quel est ton blog?
je connais midelt .com
merci pour la seconde adresse
a bientot et bonne lecture merci de ton passage
patrick