08 janvier 2010

Le virus (épisode 2 )


Marie-Louise, c’est comme sa sœur, elle travaille elle aussi dans une cave coopérative. Elles avaient épousé deux frères alors ça rapproche, et plus encore quand ces deux imbéciles ont décidé de se noyer ensemble à la pêche en mer vers Gruissan.
Marie-Thérèse cliqua sur transfert, puis sur son fichier y sélectionna le maximum de personne en y ajoutant le message suivant :
« Une attaque virus est en cours, prévenez vos amis. Il y avait un dossier joint, je n’ose l’ouvrir. »
Signé : « Marie-Thérèse ».
Tout le monde connaissait le sérieux de Marie-Thérèse, alors tout le monde transféra son message vers d’autres « tout le monde » qui à leur tour le transfèrent vers « des tout le monde » dans le monde « tout entier ».
Des millions de Marie-Thérèse consciencieuses démultiplièrent le message d’alerte, permettant ainsi de bloquer très rapidement l’attaque du virus informatique.
Marie-Thérèse consciencieuse appela l’informaticien maison, celui qui la prenait de haut, celui qui savait tout quand il fallait expliquer et qui vous accusait de tous les maux quand cela ne marchait pas, ou n’avait jamais marché. Un informaticien quoi, un vrai !
- Monsieur, je vous signale un message bizarre ce matin, j’ai alerté beaucoup de monde, que dois-je faire pour mon ordinateur ?
L’informaticien prit l’air sérieux qu’il gardait en réserve pour les Marie-Thérèse du monde, parce que, quand le patron était là, il avait un autre air « le soumis » qui lui allait si bien aussi.
- Voyons Madame Leclerc, moi aussi j’ai reçu ce même message et je l’ai transféré à tous mes collègues. Il n’y a pas de risque si vous faites ce que nous recommandons tous ! Vous savez lire ! Il suffit de ne pas ouvrir le dossier joint et de faire ce qu’ils disent. Vous allez créer un dossier particulier, comme ils disent, et y garder la pièce jointe bien au chaud, voyons c’est enfantin !
Il s’éloigna drapé dans sa bêtise.
Elle s’exécuta, comme tous les destinataires de l’alerte, comme tous les informaticiens maison le recommandaient.
L’affaire fit un grand bruit, en France et partout dans le monde, tout ceux qui possédaient un ordinateur avaient ou allaient recevoir ce message d’alerte. Le virus se propageait à grande vitesse dans les ordinateurs du monde effrayé et effrayé.
Les éminents informaticiens invités par la presse ou les journaux télévisés confirmaient qu’il fallait bien « faire ce qui était dit, à savoir ne surtout pas ouvrir le fichier Word joint et le sauvegarder dans un fichier particulier afin d’être certain de ne pas l’ouvrir par mégarde ».
Il y eu bien quelques saugrenus informaticiens qui criaient à la blague. D’autres à la supercherie des grandes Multinationales afin de vendre des anti-virus, « tous des voyous ces multinationales » s’écria le monde d’une seule voix!
D’autres racontaient que ce n’est pas en gardant le fichier dans un coin de l’ordinateur que cela le protégera d’une attaque, surtout, si le virus était programmé pour une attaque foudroyante…
D’autres, tout aussi peu nombreux, pensaient que si ce virus existait, il serait rapidement détruit par les antivirus, devenus très performants. Bref personne ne les écoutait, ne voulait les écouter !
A ceux là, les journalistes leur demandaient :
- Donc pour vous, il n’y a pas de problème, vous êtes prêt à dire à nos millions de téléspectateurs qu’ils peuvent ouvrir le dossier Word sans crainte ?
Les informaticiens répondirent tous :
Bien entendu que non ! Mesure de précaution ! On ne sait jamais ! Il y a une chance sur plusieurs milliards que ce soit un virus connu, je ne prendrai pas le risque de faire ouvrir le fichier »
Et le lendemain la presse placardait à la une :
- Même les informaticiens les plus septiques à l’attaque du virus ne recommandent pas d’ouvrir le fichier Word !!!!
Et des milliers de journaux dans le monde se vendirent, encore et encore ! Toujours encore, toujours plus !

8 commentaires:

Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
framboise a dit…

Et voilà comment enfle et se répand la rumeur!!!
Bonne journée

Pas a pas a dit…

a suivre donc
amities

Cergie a dit…

Dis moi cela ressemblerait-y pas au virus H1N1 ce virus informatique ?

Pas a pas a dit…

bonjour cergie
va savoir, ce qui pourrai se passer a suivre donc

Jerry OX a dit…

Marie Thérèse on Windows Microsoft !! la suite d'un récit que je trouve fort séduisant !! Tu as eu là , Pas à Pas une excellente idée (j'ai laissé un commentaire sur le premier épisode) . Face à Marie Thérèse les petites jeunes diplômées jusqu’aux seins quelles exhibent au patron n'ont qu'à bien se tenir !!
belle année 2010 qui commence !

Pas a pas a dit…

bojour jerry
j'espere que ce "contre" sera a la haiteur de tes textes
amicalement

vince a dit…

vite!!! un tamiflu!!!!!!!!!