16 février 2007

Retournerai je à Midelt (épisode 4)


“Patrick, viens donc par ici, on doit te parler avec ta mère”
Pourquoi tant de solennel, pour me dire tout simplement que j’allais à l’école de Midelt, parce que c’est sûr, ils m’appelaient pour l’école et pour Midelt. Sans doute encore quelques promesses de plus à accepter. Pas de problème, tout ce qu’ils veulent, moi c’est Midelt et rien d’autre.
« Tu te souviens des Martin, tu sais ceux qui t’ont gardé quand tu étais à Mibladen ? »
« ………………………… !!!!! »
Pourquoi cette question. Bien sur que je m’en souviens. Des gens très gentils, mais quand même, que venaient-il faire au beau milieu de notre conversation, Mibladen c’était réglé.
« Et bien figure-toi que leur fille Huguette va être pionne à Mekhnès, c’est pas une chance çà ? »
« ………………………… !!!!.. » Bon, on ne va pas y passer la famille et les chiens non !
Une chance, pour qui ? Pour quoi ? Ça me fait quoi moi que cette fille soit pionne à Mekhnès, bon elle sera pionne c’est d’accord et tant mieux pour elle.
Vont-ils en venir au fait, je croyais pourtant que nous allions parler de l’école, cela ne semble pas le cas.
« En plus, monsieur Dolivet, le médecin militaire tu te souviens ? Et bien, il est muté à Mekhnès, c’est drôle non ? »
« ……………………………………. »
A part tout ce monde qui semble s’être subitement donné rendez-vous à Mekhnès, je fais quoi moi à la rentrée ?
« Et bien, avec ta mère, on a pensé que justement Mekhnès c’est une école faite pour toi, on t’y a inscrit pour la rentrée dans une semaine. »
« …………………………….. »
De cette minute, j’en retiens toutes les secondes une par une, Mekhnès 200 kilomètres, pas possible !
Pourquoi fallait-il qu’elle m’éloigne systématiquement de la maison !
Pourquoi acceptait-il de plus en plus souvent sa domination!……………
La minute se terminait, sans un mot, je me sauvai, la gorge et les poings serrés, ils vont voir ce qu’ils vont voir ! D’ailleurs, si j’avais voulu répondre, je pense qu’aucun son ne serait parvenu à sortir, sans exploser de rage, comme je savais le faire suite à une quelconque injustice.
C’est ainsi qu’à neuf ans et demi, j’allais être pensionnaire à temps complet, parce qu’en plus je n’avais pas entendu le mot visite, lance-pierre, vacances, dans leur argumentation.
J’appris bien plus tard que Claude, mon frère, avait subi le même sort, mais à …………..quatre ans, de quoi vais-je me plaindre ! Mon sort était bien plus enviable !
Dans le même sac tous les deux.

29 commentaires:

jean marc a dit…

Bonjour
Merci de ton passage chez moi et de ton gentil commentaire..Passe un très bon we et à bientôt
jm

Anonyme a dit…

Salut, il serai cool de mettre une carte pour situer cette région. Si possible.
Merci.
Bon WEEK-END.

Le 68HARD

Pas à pas se fait notre chemin a dit…

bonjour 68 hard
tres bonne idee ,je vais y reflechir tres serieusement
patrick et merci de ton passage

Claude a dit…

Vite le suite !...
Bonne semaine à toi
Claude

Pas à pas se fait notre chemin a dit…

Bonjour Claude
Merci d'être toujours au RDV
Et si sincèrement tu attends le suite, je suis encore plus impatient d'aligner les mots qui me viennent, et d'essayer modestement de te rassasier, (je crains toujours que cette histoire n’intéresse que moi) mais pas trop, de mon histoire
A bientôt sur ton blog comme d'habitude
Patrick

Pas à pas se fait notre chemin a dit…

bonjour jean marc
merci de ton passage
a bientot chez toi
patrick

Marie Christine a dit…

Bonjour Patrick et vous tous,

Mon Dieu ton texte résonne dans ma tête et me fais souffrir. Comment nous parents croyant bien faire, faisont souffrir nos enfants. Tu sais j'ai fait la même chose pour ma fille qui va avoir trente ans. Je voulais tellement qu'elle soit ce que je n'avais pu être. "Une femme bien avec des connaissances" me disais je. Moi qui n'avait pu étudier car mes parents étaient pauvres. à partir de 6 ans, je lui ballancais des dictées de Proust...
Grand merci pour moi, j'ai ce jour un fils de 9 ans (d'un autre lit) et je me dis que je dois avant tout lui donner de l'amour et être son guide. Simplement son guide afin qu'il puisse devenir un homme et être heureux plus tard. Maintenant s'il ne fait pas l'ENA, ou Dauphine se n'est pas bien grave il pourra être un excellent plombier...Ce que mon fils aime avant tout s'est d'être avec nous et de philosopher sur la vie et tout ce qui nous entoure. Tu sais c'est lui qui a les meilleurs notes en oral et en expressions de vie. En fait c'est un amour et je l'aime tel qu'il est.

Je t'embrasse mille fois et je vous souhaite un très bon dimanche à tous,
Marie Christine

Pas à pas se fait notre chemin a dit…

Bonjour marie Christine
Je ne sais plus qu’ajouter a ton com, a lui seul il te résume, et ne me sens pas le droit d’en ajouter un autre com
Merci beaucoup de tes mots, ils me touchent vraiment, et très sincèrement, je ne sais si mon spot t’a fait prendre conscience que son bonheur n’est pas forcement celui des autres, mais ………………………voila que je vais partir dans mes grandes envolées
Tu seras j’en suis sur le vrai et toujours berger pour ton petit
Milles mercis
Patrick

Anonyme a dit…

.Toujours aussi bien tes histoires de petit garçon.Comme quoi on ecoute jamais assez les enfants,et on pense toujours faire au mieux.
Nathalie

jean marc a dit…

Merci de ton passage chez moi Patrick
A bientôt

Pas à pas se fait notre chemin a dit…

bonjour j marc
de rien entre motard
a bientot

mikano a dit…

Coucou Patrick...
Je n'ai rien d'autres à ajouter à ce qui a été dit... juste merci de ton témoignage, toujours si fort... et qui n'intéresse pas que toi...

Pas à pas se fait notre chemin a dit…

rebonjour sur ce blog mikano
je viens de voir que tu avais mis mon blog en liens direct c'est tres sympa
a bientot
patrick

delphinium a dit…

J'aime ces mots de petit garçon. Le petit garçon qui attend quelque chose de ses parents et qui finalement est bien déçu par ce qu'il reçoit. La rage monte alors au fond de l'estomac, le petit garçon voudrait crier à l'injustice, il n'ose pas, parce qu'il est encore petit garçon et qu'il attend d'être plus fort pour s'affirmer et pour faire la révolution. De la part du petit garçon en question, attendre d'être fort pour dire tout haut ce qu'il pense tout bas est déjà un signe de grande sagesse. Les petits garçons ne font pas tous cela. J'ai envie de prendre la main du petit garçon et de lui dire que tout ira bien.

Pas à pas se fait notre chemin a dit…

bonjour Delphinium
Me connais tu si bien pour décrire ce petit garçon
S’il ne crie pas à l’injustice aussi c’est par ce qu’il a peur , peur du toujours réflexe de la main de sa mère
Alors c’est en dedans qu’il fera sa révolution, en attendant d’être grand

Merci de tes mots si justes

Patrick

Delphinium a dit…

Ta réponse me bouleverse...
Amitiés

Pas à pas se fait notre chemin a dit…

merci delphinium de ton re-passage
je ne sais que repondre , a ta remarque
a bientot

Marie Christine a dit…

Bonsoir Patrick et vous tous,

Merci pour ta réponse qui me touche bien sur.
Tu sais, tu es quelqu'un de très bien et je t'apprécie beaucoup.

Je t'envoie mille bisous ainsi qu'à vous tous, et attention essayons nous parents de rester dans la juste mesure.
Marie Christine

Pas à pas se fait notre chemin a dit…

Bonjour marie Christine
Je suis touché, que dire ému et bien plus, de tes mots. Je ne pensais pas que quelques lignes dans un blog pouvaient un jour déclencher ces grands nomment d'émotions
Tout arrive
Que ta journée soit paisible

lynn a dit…

Bonjour,
Très touchant passage et qui résume beaucoup le poids de l'attente des parents sur leurs enfants.
La vie, la voie que peut choisir un enfant peut être très différente de celle que les parents imaginent.

Un monde peut séparer rêves des parents et la réalité des aspirations d'un enfant.
Il est parfois impossible de concilier "les inconciliables".
Il arrive que passe des années avant que les parents en tant qu'adultes se rendent compte "qu'ils peuvent peser par leurs choix personnels".
Très touchée par ce texte Patrick.
Bises

Excellente journée à tous
Lynn

Pas à pas se fait notre chemin a dit…

Bonjour lynn
Tu ne crois pas si bien dire
Qu’il est long et semé de tristesse le chemin de l’émancipation, l’orsque les parents décident pour ton bien », et je me demande si seul un grand courage suffit, pour reprendre toute sa liberté, s’il ne reste pas des traces indélébiles
A chacun ensuite de transformer cette expérience en juste retour pour ses propres enfants
Je suis vraiment très heureux qu’a travers mes lignes, tu devines cela
Merci de ta visites (tant attendue)

Vincent a dit…

Bonjour pap:
merci de ta visite sur mon blog. Malheureusement je n'ai fait que dejeuner et passer à MIDELT. j'ai peut être qq photos du paysage à travers les vitres du bus. je regarderai et te rendrai compte.
je n'ai mas le temps de voir ton blog mais j'y reviendrai. Il a l'air interressant.

Pas à pas se fait notre chemin a dit…

bonjour vincent
merci de m'avoir repondu
je cherche des nouvelles de Midelt et de son CT 63
merci de m'aider
a bientot(je garde ton blog ds mes favoris)

SaMeeR a dit…

J'ai tapé sur Google le mot clé " midelt " et hope je suis sur ce blog sympat !
Je suis Samir le webmaster du portail de la ville de Midelt et ses alentours et voilà l'adresse : www.midelt.ma
J'attends votre visite sur le portail , votre signature sur le livre d'or ainsi que votre participation dans les forums et merci d'avance.
Mes amitiés sincères.

Pas à pas se fait notre chemin a dit…

bonjour sameer
ce commentaire , c'est comme si soudain a travers les fils du telephone je me retrouvais d'un coup a midelt, merci de ce voyage
je suis deja allé sur le portail de Midelt, grace a coogle, j'ai laissé un message, j'y retourne de suite
merci de revenir de temps en temps et me dire si mes souvenirs sont justes, ou bien transformés par les yeux et l'amour du gosse que j'etais pour cette ville
a bientot

Cergie a dit…

Alors là, je m'y retrouve pas du tout !
J'en étais resté au garçon qui te flanquait des tannées et j'ai commenté avant l'épiiosde trois
Alors il faudra que je regarde mieux !
Pour le commentaire sur les vaches et le béton et la paille, tu m'as fait rire ! C'est vrai les citadins ils font de "l'anthropomorphisme" et à coté de ça ils veulent un steack tous les jours dans l'assiette !

Pas à pas se fait notre chemin a dit…

Je fais mes recherches
Aurais-je sauté un épisode ? si c’est cela dommage !
Je vais te dire comme les hommes politiques ou ceux qui n’ont pas réponse a tout
« Bravo cela prouve que vous suivez »
Mais toi, je sais que tu lis mes spots attentivement et j’en suis très fier
Merci de ne pas me quitter
Pour le com laissé sur ton blog, oui je suis ok avec toi
Les citadins tous ou presque descendant de paysans ont vite oubliés d’où ils venaient
On ne tue pas les bêtes mais on aime le steak bien saignant
patrick

Cergie a dit…

Tous les deux dans le même sac... de billes !

Tu me fais rire Patrick avec ton histoire de petit garçon qui n'est pas dupe
J'aime bien comme tes parents s'y sont pris pour t'amener petit à petit à te rendre à leur décision
Parce que tu n'as pas lutté n'est ce pas ?
A 9 ans et demi on est déjà un petit homme

Tu as un vrai talent pour sélectionner des faits marquants évocateurs
Ce n'est pas facile de ne pas noyer le poisson

Mekhnès qui est une si jolie ville ne doit pas être perçue dela même façon par un pensionnaire à 200 klms de chez lui (il n'y avait pas de TGV pour rentrer chez toi)
Heureusement il y avait Huguette ?
Ahahah !

A suivre...

Est ce que ton clivia a fleuri cette année ? Je sors mes clivias au jardin tout l'été à l'ombre. J'ai eu deux clivias à partir de graine. Ca pousse très lentement. Au bout de quinze ans, j'en ai un qui a fleuri l'an dernier)

Pas à pas se fait notre chemin a dit…

A 9 ans certains sont sans doute déjà des petits hommes, mais moi j’avais appris à ne pas me révolter, parce que toute révolte était « matée dans l’œuf »
Il restait la soumission et trouver des exutoires, chasse, pêche, noyaux, et attendre d’être grand et fort
Merci a chaque fois de tes commentaires

(Pour le clivia, 5 fleurs cette année joupieeeeeeeeeeeeeeeeeeeee !!!!!!!!!