23 novembre 2008

Il y a des jours comme cela ...................


Tous les jours valent d’être vécus certes, mais pour certains c’est à se demander si on n’aurait pas mieux fait d’aller se coucher, d’autres, où l’on aimerait bien un rappel, bis répétita !
Je me réjouissais à l’avance de la journée qui commençait, malgré les quelques 950 kilomètres qui m’attendaient dans la journée, et malgré l’heure matinale, je ne doutais pas que cette journée allait être agréable.Mon sourire dans la glace venait de me le confirmer.
Tard ce soir, là, sur le retour, la nuit tranquille et paisible commençait à me border, je constatais avec plaisir que la journée était en tous points conforme à mes espérances matinales. J’aime ces heures tardives et solitaires où seul dans son carrosse, un cd en compagnon, vous estimez avoir bien rempli votre journée.Benabar, Raphaël, Mickey 3D, et les Flamands roses m’accompagnaient, et s’ils voulaient se retirer après avoir mérité un petit repos : Encore ! Bis ! Bis ! Encore ! …... Benabar surtout doit m’en vouloir.
Ma voiture championne du monde et pas fière pour cela, me signalait qu’il fallait aussi penser à elle si je voulais qu’ensemble nous atteignions notre havre ce soir. Mais juste ce qu’il faut de carburant, pas plus, ma voiture et moi sommes en harmonie, nous préférons notre pompiste au village. Le papé à la pompe, il te sert et en plus il est bavard et son fiston s’occupe bien de ma chère championne. Quelques litres dans le réservoir, direction la caisse.
............Une moto. Réflexe, je me gare à coté.Un motard et sa compagne. Réflexe, j’engage la conversation.
Lui de face, sympa, elle de dos.
Elle semblait captive de ce bras qu’elle enlaçait comme s’il était son sauveur, son guide, son havre. Conversation de motard :« Le temps »« La vitesse »« La moto »
Lui sympa, elle toujours de dos.
« Il allait sur Béziers »« J’ai aussi une moto »« Non, d’une autre marque »
Lui sympa, elle toujours de dos.
Enfin, elle se retourna, sans desserrer sa prise, sans doute intriguée. Je vis son visage et compris alors qu’il était ses yeux, elle cherchait, nez au vent comme un animal apeuré, d’où pouvait bien venir cette sensation de présence, me localisa, sans doute rassurée, me fit un sourire, mais pas un mot.Je compris aussi qu’il était sa voix.Il me dit adieu, enfourcha sa moto, elle en fit autant, un autre sourire, normal, elle me connaissait maintenant.Elle s’agrippa à lui, que dis-je elle fusionna avec lui.
La moto s’éloigna, il n’y avait sans doute pas 10 minutes que nous nous étions rencontrés.
Il y a des jours comme çà où quelques minutes vous marquent pour des années.La vie est un immense plat à consommer, avec modération ou excès, peu importe.Mais des instants comme celui-là en donnent tout son piment.Et vous…………………….
Benabar disponible me raconta la suite de son histoire.La maison est à vendre, dans un terrain vague,……….. Et des gentils fantômes………………
I’ am a poor lonesome cowboyAnd a long way from home …….

15 commentaires:

Vincent a dit…

Salut patrick!
Très belle histoire que celle-ci. Mais très émouvante comme tu sais les raconter. Pas toujours facile d'être un easy rider.
A plus

Viviane a dit…

Belle histoire! et bien racontée!
Amitiés
Viviane

jean-philippe a dit…

wouah !!! un histoire de virée en moto à un rythme d'enfer !!! avec le soleil et Bénabar pour témoin !!

beau et dépaysant récit !!

lyliane a dit…

Qu'elle chance de pouvoir profiter du vent, du soleil, du bruit du moteur de la moto grâce aux yeux d'un autre, il y a encore quand même des gens généreux!
Mon neveu a eu un grave accident de moto il y a 5 ans, il a perdu un oeil, presque l'usage d'un bras, son boulot, car il était chauffeur de taxi, aussi fait attention surtout aux autres...
comment faire pour commander ton livre dédicacé bien sûr...

Pas-a-pas se fait notre chemin a dit…

bonjour vincent
merci beaucoup de ton commentaire, cette histoire est d'autant plus emouvante, quelle eest vrai et quelle nous donne une leçon
amities

Pas-a-pas se fait notre chemin a dit…

bonjour viviane
merci beaucoup
j'espere crire aussi bien que toi tu nous contes les histoires cathares
a bientot
patrick

Pas-a-pas se fait notre chemin a dit…

bonjour jean philippe
oui une tres belle aventure humaine avant tout
et des rencontres comme cela que seule la moto permet
seules les motards osent s'accoster sans se connnaitre ,nous avons au moins une meme passion
amities
patrick

Pas-a-pas se fait notre chemin a dit…

bonjour lyliane
merci de ton commentaire, malheureusement la moto avec tous les plaisirs c'est aussi faire tres attention, rien ne nous protege
Pour commander mon livre,(merci beaucoup)avec la dedicace rien de plus facile, je te laisse mon mail "pas-a-pas@club-internet.fr
tu me donnes le tien, sur mon adresse mail, et je t'envois le bon de commande
je te garde un exemplaire en attendant
bises
patrick

julie a dit…

ah quel bonheur !!! je ne sais pas quoi te dire d'autre après la lecture de ce texte. Tout y est, l'ambiance, les sensations, les émotions. Ah si, une news : Planques-toi le 16, c'est le grand jour- du plateau... et pas de commentaire please, ne me mets pas la pression, c'est déjà fait.
Quel plaisir de te lire. Le ton est différent, un je ne sais quoi de différent...j'aime !!!
à bientôt j'espère, mille biz

Pas-a-pas se fait notre chemin a dit…

bonjour julie
apres ces remarques ,je begaye de plaisir
moi aussi le premier (sans pretention) il m'arrive de me surprendre sur mes ecris (et de me haïr aussi)
je ne sais d'ou vient l'inspiration ,j'aimerai trouver la source.........
le 16 je croise les doigts promis, et je sais que tu vas y arriver
bises
patrick

jalhouse a dit…

Coucou ...

C'est une bien belle histoire . En effet , il y a des regards, des sourires , des rencontes furtives que l'on garde en mémoire sans trop savoir pourquoi ...

bisessss

Pas-a-pas se fait notre chemin a dit…

bonjour jalhouse
oui des instants merveilleux a vivre
bon we
patrick

jean-philippe a dit…

juste un passage pour t'inviter (avec ta moto si tu veux) à découvrir ma chanson "à l'horizontale" !! à tout de suite !!!
yes !!

Cergie a dit…

Les motards lorsqu'ils se rencontrent établissent très facilement le contact. Ils ne peuvent pas se sentir seuls, même s'ils se sentent libres et indépendants.
Bonne soirée, Patrick

Therese a dit…

L'indépendance à moto fait que l'on est deux fois plus disponible d'oreille et de coeur lorsque l'on croise quelqu'un sur son chemin.